10 mai 2022
Surveillance technologique dans le bureau du greffier
Les fonctionnaires municipaux marchent sur des œufs
Par: Katy Desrosiers
La FISA assure qu’il faudra du temps pour rebâtir les liens de confiance. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La FISA assure qu’il faudra du temps pour rebâtir les liens de confiance. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le syndicat représentant les fonctionnaires municipaux de Sorel-Tracy est heureux de recevoir la confiance de la majorité des conseillers municipaux, mais les employés marchent tout de même sur la pointe de pieds.

Publicité
Activer le son

Le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Sorel-Tracy est affilié à la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA). Le président de la FISA, Réal Pleau, est rassuré par la motion de confiance envers les employés de la Ville votée par sept des huit conseillers municipaux le 2 mai, mais il affirme que le lien de confiance envers la direction de la Ville, en particulier le maire, est tombé. « La poussière va redescendre et ça ne prendra pas deux ou trois jours. Ça va être de tranquillement refaire ce lien et je pense que c’est un dossier où il ne faut pas juste regarder mes membres. N’importe quel corps de métier à la Ville de Sorel-Tracy, je pense que tout le monde marche sur des œufs parce qu’on ne sait pas ce qui se passe », note M. Pleau.

Les employés craignent que leurs conversations aient été écoutées et M. Pleau croit qu’ils vont toujours se surveiller. « M. Chevalier, c’est quelqu’un qui est respecté par mes membres et ils lui parlaient de choses personnelles. […] Peut-être que dans quelques mois, on va entendre qu’il y avait plus qu’un micro ou que d’autres choses ont été faites », s’inquiète le président.

M. Pleau mentionne que les employés étaient déjà échaudés avec la mise à pied temporaire de 90 employés survenue au début de la pandémie. Malgré tout, il rappelle que les employés poursuivent leur travail. « Mes membres sont là pour servir les citoyens et non pour servir les besoins du maire. Ils sont professionnels », assure-t-il.

À lire aussi:
« Un vote de non-confiance, c’est à la limite de l’intimidation » – Serge Péloquin
Écoute à l’hôtel de ville : l’UPAC prend le dossier en main
Une séance tendue au lendemain du vote de non-confiance
René Chevalier accueilli à bras ouverts à l’hôtel de ville
L’ex-directeur général Karl-Sacha Langlois assure avoir agi dans le respect des lois

image