22 mars 2022
Neuf mois de prison pour une fraude grands-parents
Par: Jean-Philippe Morin

Bogdan Mihai Lazar, 25 ans de Laval, a été condamné à neuf mois de prison le 22 février, au palais de justice de Sorel-Tracy pour une fraude grands-parents. Son arrestation a été rendue possible grâce à un employé de Desjardins. Photo tirée de Facebook

Un homme de Laval a été condamné à purger les neuf prochains mois en prison pour une fraude grands-parents ayant impliqué trois victimes de la région, le 28 janvier dernier. Il a été arrêté grâce à la vigilance d’un employé de Desjardins.

Publicité
Activer le son

Bogdan Mihai Lazar, 25 ans, a plaidé coupable à plusieurs chefs d’accusation de fraude et un bris de probation, le 21 février dernier, au palais de justice de Sorel-Tracy. Sa sentence est tombée le lendemain, mais en raison de la détention préventive de 39 jours, il lui reste sept mois et 21 jours à purger.

Selon le document de Cour, l’homme sera soumis à une probation de deux ans à sa sortie de prison. Il lui sera interdit d’entrer en contact avec les trois victimes au dossier ou de se trouver dans un rayon de 100 mètres de leur résidence. Il ne pourra pas non plus avoir en sa possession un document bancaire comme une carte de crédit qui ne soit pas libellé à son nom propre.

Bogdan Mihai Lazar n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice, lui qui a des dossiers aux palais de justice de Laval et de Terrebonne en 2018, 2020 et 2021.

Qu’est-ce qu’une fraude grands-parents?

Il s’agit d’une fraude par téléphone où des gens tentent de se faire passer pour un membre de la famille en situation de détresse invoquant un besoin urgent d’aide financière. Ils peuvent aussi invoquer qu’un membre de la famille est en danger.

Leur histoire suit généralement un scénario vraisemblable qui vise à déclencher des réactions d’anxiété et susciter un sentiment d’urgence d’agir. Ils peuvent souvent invoquer qu’ils sont en compagnie de personnes en situation d’autorité comme un policier ou un professionnel tel qu’un médecin ou un avocat.

Ils réclament une aide financière d’urgence, notamment pour payer des dommages sur un véhicule, des honoraires, des frais de caution pour libération, des frais de soins, etc. Ils implorent de ne pas en parler à des parents ou personne d’autre et même parfois de mentir sur la raison du retrait d’argent.

Certains fraudeurs demandent un virement d’argent tandis que d’autres vont envoyer quelqu’un au domicile pour récupérer la somme.

(Source : Sûreté du Québec)

4 conseils pour déjouer les fraudeurs

  1. Lorsqu’un de vos proches vous demande de l’argent au téléphone, posez-lui des questions personnelles, comme le prénom de son père ou sa ville de naissance. Vous pouvez même questionner cette personne par rapport à un souvenir précis qu’elle seule peut se remémorer.
  2. Demandez-lui de vous rappeler dans 10 minutes. Vous pourrez ainsi prendre le temps de faire des vérifications auprès d’un autre membre de la famille. Même si on vous a convaincu de n’en parler à qui que ce soit, il est toujours plus prudent de chercher des validations auprès de personnes de confiance dans votre entourage.
  3. Au téléphone, refusez toujours de donner votre numéro de carte de crédit à quelqu’un que vous n’avez pas vous-même contacté. N’ayez pas peur de raccrocher si la personne insiste.
  4. Si vous croyez être victime d’une fraude, portez plainte à la police et signalez le cas au Centre antifraude du Canada (1-888-495-8501).

(Source : Desjardins)

image