15 février 2022
Patrick Péloquin souhaite la réintégration de Sorel-Tracy dans la politique culturelle régionale
Par: Alexandre Brouillard

Lors de la dernière séance du conseil de Ville, le conseiller Patrick Péloquin a émis le souhait de voir Sorel-Tracy réintégrer la politique culturelle régionale. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le conseiller du district Des Patriotes, Patrick Péloquin, a émis le souhait de voir la Ville de Sorel-Tracy réintégrer la politique culturelle de la MRC de Pierre-De Saurel qu’elle avait quittée en septembre 2019. Selon lui, l’absence de la ville-centre dans cette politique « cause du tort inutilement aux artistes ».

Publicité
Activer le son

À lire aussi: Un pas de plus vers l’installation permanente de la Maison l’Ancrage à Tracy

À la fin de la dernière séance du conseil municipal, le 7 février dernier, Patrick Péloquin a exprimé sa volonté de voir le maire Serge Péloquin s’entendre avec ses comparses de la MRC de Pierre-De Saurel pour que la ville-centre réintègre la politique culturelle. « Je sais que vous allez bien représenter la Ville dans le dossier. Puis, que vous serez capable, j’en suis convaincu, d’arriver à une entente avec vos collègues de la MRC », a-t-il mentionné.

Rejoint par le journal Les 2 Rives, il a confié que ce souhait l’habite depuis plus d’une année. « Je crois que ça cause du tort inutilement aux artistes, confie-t-il d’emblée. Je trouve que c’est un débat qui ne fait pas avancer beaucoup les choses. À mon sens, il faut que la ville-centre fasse preuve de leadership au niveau culturel. »

Le 30 septembre 2019, les élus sorelois, dont Patrick Péloquin, avaient voté à l’unanimité pour que Sorel-Tracy se retire de la politique culturelle. Cette décision était lourde de conséquences pour les autres municipalités de la MRC, puisqu’à titre de ville-centre, Sorel-Tracy défrayait 60 % de la facture. Cette décision a provoqué plusieurs contestations depuis son adoption.

« Il est temps que ce débat se termine, affirme Patrick Péloquin. C’est pour ça que j’ai émis mon souhait et pour qu’on pense d’abord et avant tout aux artistes. »

En plus des torts reliés à l’accès aux subventions pour les artistes sorelois, le conseiller souligne que le retrait de la ville-centre de cette politique a causé l’absence de projets. « Avoir une personne responsable à la MRC qui gère la politique culturelle, ça fait naître des initiatives », avance-t-il.

Serge Péloquin réitère ses intentions

Face au souhait émis par Patrick Péloquin, Serge Péloquin rappelle que Sorel-Tracy possède déjà un service dédié à la planification de la culture et des loisirs, qui est en concordance avecle plan stratégique de la Ville 2018-2022, à l’intérieur duquel un des principaux objectifs vise le rehaussement de l’efficience administrative de la Ville, notamment en éliminant les doublons et en évitant de payer à deux places.

« La Ville possède déjà une offre culturelle généreuse offerte par une équipe de professionnels qui travaillent de façon locale avec une vision régionale et qu’on rend accessibles à tous les citoyens de Sorel-Tracy et de la région », rappelle le maire de la ville-centre.

Patrick Péloquin affirme plutôt qu’il s’agit d’initiatives complémentaires. « Pendant que quelqu’un travaille sur un projet à la MRC, à la Ville de Sorel-Tracy, on n’a pas besoin d’allouer des ressources à ces projets », précise-t-il.

Bientôt un dénouement?

Le 2 mars prochain, Serge Péloquin et les autres maires de la MRC se rencontreront pour discuter de la politique culturelle. « Avant de réadhérer à cette politique et de payer la facture qui vient avec, je dois avoir l’assurance que nos citoyens pourront en bénéficier et en tirer des avantages d’une réelle politique culturelle régionale », mentionne-t-il.

Lors de cette rencontre, Serge Péloquin va demander au conseil des maires de réintégrer Sorel-Tracy au programme de partenariat territorial du Conseil des arts et lettres du Québec et de revoir le mode de fonctionnement ainsi que la structure de financement de la politique culturelle.

« Le plus important est de mieux définir les projets locaux et régionaux afin d’avoir un partage équitable de la facture finale entre les municipalités », conclut Serge Péloquin, en mentionnant être confiant d’arriver à une entente avec les autres maires de la MRC.

image