6 février 2024 - 08:32
Prochaine étape, les résultats
Par: Deux Rives

Maire de Massueville de 2005 à 2021, Denis Marion commente l'actualité en tant que chroniqueur au journal Les 2 Rives depuis décembre 2021. Photo Simon Ménard

Se nommer, c’est exister. Partout au Québec, les petites et les grandes régions se choisissent une « image de marque », une façon de s’identifier pour se distinguer, se faire connaître et reconnaître. Avec « Région Sorel-Tracy, là où les contraires s’attirent », c’est notre tour.

Il fallait bien y arriver un jour, s’entendre sur le nom à donner à notre région et surtout prendre les moyens qu’il faut pour le promouvoir. L’initiative appartient au Chantier d’attraction de la main-d’œuvre Sorel-Tracy et région.

Né en 2019 pour fédérer les grandes organisations qui œuvrent au développement, le Chantier est probablement l’initiative la plus achevée depuis longtemps visant la cohésion régionale. Les élus régionaux de la MRC de Pierre-De Saurel, les maires, ont offert un soutien politique qui s’est métamorphosé en sommes appréciables provenant du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). Le Chantier dispose de plus de 1,7 million de dollars, dont 1,4 M$ venant du MAMH, pour développer et encadrer la démarche de mobilisation.

C’est beaucoup d’argent, dites-vous? Certainement, vous avez tout à fait raison. Et vous devriez vous en réjouir parce qu’il était temps de mettre la main sur des montants importants pour faire vivre un projet qui veut structurer tout ce qui est mis en place pour répondre en même temps aux impératifs démographiques, au réalignement stratégique du développement économique et à la consolidation de milieux de vie de qualité sur notre territoire.

Globalement, l’équation est assez simple. Avec 52 000 personnes sur le territoire de la MRC de Pierre-De Saurel, et 35 000 à Sorel-Tracy uniquement, nous manquons de monde pour répondre à la demande de main-d’œuvre en ces temps de pénurie partout au Québec. Nous n’avons pas assez de jeunes à former dans nos écoles et au cégep pour assurer un transfert générationnel harmonieux compte tenu du départ à la retraite de ce que nous appelons affectueusement les baby-boomers. Il faut donc attirer des gens d’ailleurs pour qu’ils viennent s’installer chez nous et garder ceux qui y vivent déjà. Comme partout ailleurs au Québec. Nous sommes en compétition avec toutes les régions québécoises.

La nouvelle image de marque régionale n’est pas l’aboutissement du travail, elle en est… la signature. Rien de plus, mais au moins ça. Le marketing territorial est une stratégie de vente. C’est aussi un moyen visant à renforcer la fierté régionale dont nous avons bien besoin.

Ce sont les résultats qui compteront. Et c’est sur ça qu’on pourra juger, à terme, du succès du Chantier.

Comment les municipalités de la MRC, Sorel-Tracy d’abord, réussiront-elles à augmenter le bassin de logements pour accueillir les nouvelles familles? Comment s’articulera la stratégie de développement économique qui consolidera les entreprises existantes et développera de nouveaux créneaux de diversification? Comment les réseaux de la santé et de l’éducation répondront-ils aux besoins de la population? Comment saurons-nous accueillir des familles issues de l’immigration en favorisant une intégration harmonieuse? Comment répondre aux besoins de nos concitoyens les plus vulnérables?

À toutes ces questions, il est possible d’associer des organisations membres du Chantier d’attraction de la main-d’œuvre dont c’est la mission. C’est la synergie de toutes ces organisations, où chacune effectue son travail en sachant qu’elle fait partie d’un tout cohérent, qui nous permet d’espérer que la roue tournera dans le bon sens.

C’est bien que « les contraires s’attirent », surtout s’ils travaillent ensemble!

image