14 décembre 2021
Reprenons le dialogue sur le développement culturel
Par: Deux Rives

Maire de Massueville de 2005 à 2021, Denis Marion commente l'actualité en tant que chroniqueur au journal Les 2 Rives. Photo Simon Ménard

Une chronique de Denis Marion

Notre région est aux prises avec le défi de la pénurie de main-d’œuvre. Le Chantier d’attraction de la main-d’œuvre, auquel participent de nombreuses organisations, travaille à créer un climat favorable à l’accueil et à la rétention de nouveaux résidents qui pourront contribuer au développement de la région.

Publicité
Activer le son

La création de Développement économique Pierre-De Saurel, qui a succédé l’an dernier au Centre local de développement (CLD), vise à augmenter le travail de collaboration entre les instances politiques, les organismes de développement et les entreprises de la région en développement économique.

Mais ce n’est pas tant la recherche d’un emploi qui justifie la migration vers un endroit ou un autre, mais bien la qualité de vie qu’on y trouve. Pour convaincre des gens d’accepter un emploi dans notre région, il faut miser sur ce que nous avons à offrir pour que de nouveaux résidents se sentent bien. Nous avons de nombreux atouts! La nature, toute proche, des services de santé et d’éducation, des commerces variés, des équipements culturels, de sports, de loisirs, et une vie culturelle.

Et justement, il semble que la région soit engagée actuellement dans une discussion sur l’importance de la culture et sur la meilleure façon de travailler ensemble au développement culturel.

À l’invitation du ministère québécois de la Culture, mais aussi à la demande des acteurs de la culture dans notre région, la MRC de Pierre-De Saurel a adopté en juin 2010 une politique culturelle. Déjà, à ce moment, la MRC indiquait dans sa politique que « la culture est, dans une logique de développement durable, un levier d’essor économique et social » et que « le travail des artistes, des artisans et des organismes culturels contribuent à la dynamisation de la région et à l’amélioration de la qualité de vie de notre milieu ».

Plus prophétique encore, on lit dans ce document adopté il y a 12 ans : « la culture contribue à l’amélioration du cadre de vie des citoyens de notre territoire, à notre pouvoir d’attraction et à notre capacité de rétention de la population ».

Dans les discussions qui s’engageront prochainement autour de la nouvelle table du Conseil de la MRC, recomposée avec les dernières élections municipales, ce sont à ces principes et à la meilleure façon de les faire vivre concrètement qu’il faut s’atteler.

Il y a quelques années déjà, la Ville de Sorel-Tracy, notre ville-centre, a choisi de s’exclure de l’action collective portée par la MRC par sa politique culturelle en plaidant qu’elle engendrait des « doublons » avec les activités culturelles de la Ville. Plusieurs l’ont regretté et certains conseils municipaux invitent maintenant la Ville à réintégrer la politique culturelle. Des membres du Conseil de Ville sont intervenus publiquement récemment dans le même sens. Sorel-Tracy poursuit ses investissements dans les activités culturelles et patrimoniales et il faut le saluer. Il faut reconnaître qu’elle est le pôle culturel de la MRC. Notre région vibre du travail incessant de tous ses acteurs de la culture, à Sorel-Tracy comme dans toutes les municipalités de la MRC.

Ce nouveau mandat municipal est l’occasion de reprendre le dialogue, de s’entendre sur les objectifs à poursuivre avec les partenaires de l’univers de la culture, de mettre à jour la politique culturelle de la MRC, de reconnaître la contribution de chacun et de construire ensemble une région où une présence forte de la culture, sous toutes ses formes, contribuera à cette qualité de vie que nous recherchons tous, pour nous-mêmes qui y habitons déjà et pour tous ceux qui voudront se joindre à nous.

image